Dans le domaine du bâtiment, la transition énergétique implique le recours à des matériaux innovants permettant aux maisons d’être non seulement économes en énergie, mais aussi productives, c’est-à-dire, capables de fournir plus d’énergie qu’elles n’en consomment. C’est en tout cas l’impératif instauré par la RT 2020.

Si les matériaux innovants ne constituent pas les seuls paramètres permettant d’arriver à ce résultat, ils y contribuent largement d’où l’intérêt d’énumérer au moins 5 matériaux répondant à ce critère.

L’isolant porteur alvéolaire cellulosé ou IPAC

L’isolant porteur alvéolaire cellulosé se compose de feuilles de carton assemblées en plaque à l’aide d’une colle. Son étanchéité sera assurée par un enduit de polyéthylène. L’ensemble a vocation à devenir un isolant thermique écologique d’une efficacité remarquable.

En effet, l’IPAC a déjà fait l’objet d’une mise à l’épreuve et s’avère être très résistant puisqu’il peut affronter une trentaine d’intempéries sans se détériorer. On l’aime aussi pour son coût accessible quand on sait que pour une habitation d’une surface de 90m2, l’IPAC à mettre en œuvre sera en moyenne d’une valeur de 60 000 euros.

Revenant au caractère écologique de cet isolant, force est d’admettre qu’on ne peut pas faire mieux étant donné que le papier fait partie de ces matériaux qui peuvent se recycler plus d’une fois, soit à 7 reprises, pour être plus précis.

Le collage se faisant avec de l’amidon issu du blé et du maïs, l’IPAC répond entièrement aux attentes futures de la transition énergétique.

Pour ne rien gâcher, le processus de fabrication de l’IPAC ne mobilise pas beaucoup de ressources.

Le bois soumis à haute température

Le bois soumis à haute température propose de nouvelles propriétés qui en font un matériau innovant.

La technique, qui consiste à soumettre cette ressource naturelle à une montée de température progressive, s’effectue dans un environnement contrôlé du point de vue de l’apport en humidité et en oxygène, ce qui entraine une modification de l’hémicellulose contenu dans le bois.

Le bois ainsi traité affiche une meilleure durabilité étant donné que sa résistance à l’humidité s’accroit de 30 à 50%. Avec le temps, sa structure aura moins tendance à s’altérer de même qu’il sera moins à la merci des moisissures.

La température constitue l’unique élément intervenant dans cette transformation du bois, sans aucun apport de produits de synthèse ce qui fait que le procédé est conforme à la préservation de l’environnement.

L’utilisation future du bois soumis à haute température est vouée à se diversifier et à être étendue vers la construction de maisons écologiques.

Le béton translucide LiTraCon

Œuvre d’une société austro-hongroise, le béton LiTraCon que l’on peut qualifier de translucide, a la particularité de faire transparaitre la lumière à travers les murs faits de ce matériau et ce, à une profondeur d’une vingtaine de mètres.

Cette prouesse aura été rendue possible grâce à l’insertion de fibres optiques à l’intérieur du béton. Le béton permet désormais de profiter de la lumière en plus de ses propriétés initiales en termes d’isolation et de résistance.

Seul bémol, la fabrication du béton LiTraCon est purement manuelle, ce qui le rend assez onéreux.

Les carreaux écologiques

Les carreaux écologiques ne peuvent évidemment que faire partie des matériaux innovants. Les plus connus actuellement nous viennent d’Allemagne et sont fabriqués avec des matières premières naturelles, à savoir des fibres naturelles et d’un composant tiré de micro-algues fossilisés, le célite.

Ce carrelage spécial a le mérite d’être plus malléable tout en résistant à une température de 120°. Il est 100% biodégradable et se propose en différents coloris obtenus grâce à l’apport de pigments fluorescents.

Ces carreaux écologiques ne demandent pas grand-chose en termes d’énergie et de ressources de fabrication.

Le béton en fibre de lin

Enfin, le béton qui inclut dans la liste de ses composants le lin a le mérite d’entrainer le minimum d’impact environnemental. Il est moins sujet aux fissurations et gratifie les maisons d’une performance notable en termes d’isolation thermique.

Ce matériau innovant est d’autant plus intéressant que la France est le leader mondial dans la production de lin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *