De nos jours, il est essentiel de savoir recycler les déchets. On ne parle pas seulement de déchets ménagers, mais aussi de déchets en entreprise et sur chantier ou en aval. Cela implique d’utiliser les matières premières secondaires issues de déchets et par conséquent, de contribuer activement au développement durable.

En recyclant, vous diminuez vos impacts environnementaux et vous participez à la préservation de l’environnement. Sur les chantiers, de nombreux déchets sont générés chaque jour. Afin de bien gérer vos déchets de chantier, vous devez penser au tri, au recyclage et à l’élimination des déchets, c’est l’une des solutions pour optimiser les coûts de construction !

Le recyclage, un enjeu majeur pour le secteur du bâtiment

C’est un fait : les déchets générés par les chantiers de construction et de déconstruction sont importants. En plus d’être volumineux, ils sont aussi très variés. En effet, dans le secteur du bâtiment, de nombreux déchets sont produits au quotidien et il est inutile de rappeler que ces déchets sont très néfastes pour l’environnement et pour la santé.

Certains déchets peuvent être, d’ailleurs, très dangereux. Par exemple, le bois traité, les silicones, les mousses de polyuréthane, les bidons d’huile, les bidons de peinture, les aérosols, les colles et les mastics. Jetés dans la nature, ces produits contribuent à la pollution de l’environnement.

Il y a aussi les déchets non dangereux comme le bois, les cartons, les plastiques, les métaux et les plaques de plâtre. Ceux-ci doivent nécessairement être envoyés sur différentes filières de recyclage afin d’être revalorisés.

En ce qui concerne les déchets inertes comme les matériaux de terrassement, les matériaux de démolition, les briques, le verre et les pierres, ils peuvent être triés avant d’être recyclés. Ce processus leur permet d’être réutilisés en remblai. Il est indispensable de savoir faire la différence entre les différents types de déchets avant d’aller de l’avant avec le recyclage.

Lisez également notre article sur le guide de traitement des déchets proposé dans le cadre du projet Democles

La règlementation des déchets de chantier

Tout stockage, transport, élimination et recyclage de déchets du secteur du bâtiment sont encadrés par une règlementation très stricte. Les déchets, quelles que soient leurs origines, doivent être conservés et orientés vers l’exutoire adapté. Selon la loi, il existe deux types de déchets. Comme vu précédemment, il y a les déchets inertes et non-dangereux et il y a les déchets dangereux.

Les déchets inertes et non-dangereux

Voyons d’abord ce que sont les déchets inertes et non-dangereux. Ce sont des déchets industriels banals qui peuvent être stockés et éliminés par le professionnel du BTP lui-même. On parle notamment de déchets non triés qui doivent être conservés sur des sols bétonnés et de déchets qui doivent être orientés sur des sites d’élimination agréés comme les gravats par exemple. En fait, tout dépend du type de déchet.

Si les déchets sont triés et recyclables, dans ce cas, ils devront nécessairement être dirigés vers des sites spécialisés. De même, les produits incinérables doivent être confiés à des incinérateurs certifiés. Il peut, toutefois, arriver que les déchets de chantier n’entrent dans aucune de ces catégories. Il faudra alors les diriger vers des centres de tri, vers des déchetteries et vers des installations de stockage de déchets non-dangereux (ISDND).

Qu’en est-il des déchets d’emballage ?

Si les déchets d’emballages générés chaque semaine font moins de 1100 litres, ils n’ont alors aucune obligation de valorisation. Ils peuvent être enlevés par le service de collecte des déchets ménagers local. En revanche, si les déchets d’emballages produits en une semaine font plus de 1100 litres, dans ce cas, vous aurez à assurer leur valorisation.

Vous pouvez également les réemployer vous-même. L’évacuation de ces déchets peut être faite par une entreprise spécialisée avec laquelle vous avez un contrat. Si ce n’est pas le cas, vous devrez pouvoir fournir des informations quant à la destination finale de ces matières.

Les déchets dangereux

Les déchets dangereux sont ceux qui contiennent des matières à risques pour l’environnement et pour la santé. En ce sens, sa règlementation est particulièrement stricte. Il s’agit de produits nuisibles qui doivent obligatoirement être classés selon leur degré de dangerosité. Selon la loi, ils doivent être emballés et étiquetés.

Voici les différents types de déchets dangereux :

  • Les déchets explosifs
  • Les déchets comburants
  • Les déchets de construction inflammables
  • Les déchets nocifs
  • Les déchets irritants
  • Les déchets cancérogènes
  • Les déchets de construction toxiques
  • Les déchets toxiques pour la reproduction
  • Les déchets infectieux
  • Les déchets de construction corrosifs
  • Les déchets mutagènes
  • Les déchets sensibilisants
  • Les déchets de construction et de démolition dégageant des gaz toxiques au contact de l’eau ou de l’air

Il est bon à savoir que seules les entreprises soumises à la nomenclature ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) sont en mesure de traiter les déchets de chantier. Ceci, après à délivrance d’un arrêté préfectoral.

La règlementation du transport des déchets dangereux

L’ADR (Accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route) définit la règlementation du transport des déchets dangereux. Son rôle est de classer et de lister les matières dites dangereuses, mais aussi d’encadrer les procédures d’emballage et d’expédition. C’est cette règlementation qui définit les différentes dispositions relatives au transport, au chargement et au déchargement.

Les matières sont quant à elles classées en treize catégories. On parle notamment des liquides inflammables, des matières solides inflammables, des matières et objets explosibles, des gaz, des matières sujettes aux inflammations spontanées, des matières comburantes, des peroxydes organiques, des matières dégageant des gaz inflammables au contact de l’eau et des matières toxiques, radioactives, infectieuses et corrosives.

Les astuces pour limiter les déchets de chantier

Heureusement, certaines astuces vous permettent de limiter les déchets de chantier. La première est de choisir des matériaux durables, c’est-à-dire de qualité, réutilisables, facilement séparables et recyclables. Optez toujours pour les matériaux comprenant le label vert et pour des matériaux faits à partir d’éléments recyclés.

Aussi, vous pouvez anticiper les réaménagements intérieurs en réservant de la place pour le câblage et les conduites nécessaires aux arrivées d’eau et d’électricité. C’est une astuce qui permet de réduire les déchets futurs.

Enfin, n’oubliez pas de vous renseigner sur les filières spéciales et obligatoires pour l’élimination des déchets de chantier avant de démarrer vos travaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *