construction : recycler ses déchets

Au mois de novembre écoulé, le projet Democles a fait paraitre un guide méthodologique, le premier du genre, destiné à orienter les maitres d’ouvrage vers une meilleure gestion de leurs déchets du second œuvre.

Cette initiative tombe à pic puisque ces déchets représentant environ 11 millions de tonnes et font du secteur du BTP le premier producteur de déchets en France.

Un objectif de valorisation des déchets

La création de ce guide méthodologique est le fruit d’actions menées sur terrain par des groupes de travail issus de la plateforme Democles qui peut se targuer de regrouper en son sein près de 70 intervenants dans le secteur du bâtiment et du recyclage.

Ces actions ont permis de démontrer que le BTP, rien qu’à travers ses déchets de second œuvre constitués par du plâtre, du verre, des résidus électriques et électroniques…, occupe la première place en termes de production de déchets à raison de 11 millions de tonnes.

De ces pertes, on enregistrera seulement 3,3 tonnes de matières recyclées, ce qui représente à peine le tiers de l’ensemble.

Force est alors de constater que l’on est bien loin de l’objectif qui ressort de la loi sur la transition énergétique de 2020 fixant le taux de recyclage des déchets à 70%.

La solution consiste alors à la constitution de filières de valorisation qui permettraient d’atteindre un taux de recyclage de 80%, une prouesse parfaitement réalisable, même sans investissement supplémentaire.

L’impulsion doit alors partir des maitres d’ouvrage eux-mêmes dont l’action pourrait améliorer le taux de valorisation des déchets du BTP. On s’attend donc à ce qu’ils posent leurs exigences en la matière et ce, dès la phase de mise en place des marchés.

Des recommandations concrètes

Ce nouveau guide méthodologique du BTP servira ainsi aux maitres d’ouvrage tout au long de la réalisation des travaux en prévoyant toutes les solutions possibles en termes de gestion des déchets.

On recherchera alors leur prise de responsabilité dans le cadre de l’application des règles inhérentes à la prévention, la gestion et la traçabilité des déchets notamment à travers la prise en compte des impératifs liés aux déchets dans les cahiers des charges et les contrats qui interviennent dans la réalisation de tous travaux BTP.

Les filières de valorisation qui existent déjà seront ainsi portées à la connaissance des maitres d’ouvrage afin qu’ils disposent de tous les moyens permettant la facilitation de la gestion des déchets.

Ainsi, tous les travaux de construction s’accompagneront d’un diagnostic des déchets qui prendra en compte leur flux, leur filière de valorisation et même leur traçabilité.

Une diffusion nationale

Grâce aux partenaires financiers constitués par l’agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie ou ADEME, Democles pourra compter sur une diffusion nationale de ce guide méthodologique à l’attention des acteurs du BTP.

La promotion de cet ouvrage trouvera également écho auprès de grandes entités qui s’engagent à faire application de ses recommandations aussi bien au sein de leur équipe que sur le marché en général.

Parmi ces partenaires de poids, on citera notamment la SNCF, les Galeries Lafayette, Vinci… Même la mairie de Paris a adhéré à cette initiative en officialisant sa démarche lors du salon mondial de l’immobilier qui s’est tenu à Villepinte le 08 novembre dernier.

Il faut dire que les déchets du bâtiment de la capitale française y occupent une place de choix bien avant les déchets alimentaires.

On n’oubliera pas non plus de mentionner que la gestion des déchets revête un enjeu particulier dans la mise en œuvre du plan d’action économie circulaire 2017-2020 qui aura été adopté au Conseil de Paris.

La mairie de Paris fait sienne ce guide méthodologique et la suivra dans ses cahiers des charges tout en assurant sa diffusion auprès des bailleurs sociaux.

A terme, on espère que l’exemple montré par la mairie de Paris se répercutera sur les petites et moyennes entreprises qui œuvrent dans le bâtiment et qui interviennent surtout auprès des particuliers.Pour l’heure, elles voient dans la gestion des déchets, plus une contrainte qu’un moyen rationnel de gérer les déchets et leurs impacts sur l’environnement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *